LE BERGER DE L’AVENT- GUNNAR GUNNARSSON

12 janvier 2020 0 Par Manon

« Depuis des années, tous les trois étaient inséparables. Et cette connaissance profonde qui ne s’établit qu’entre espèces éloignées, ils l’avaient acquise les uns des autres. Jamais ils ne se portaient ombrage. Aucune envie, aucun désir ne venait s’immiscer entre eux. »

Pour prolonger un peu Noël , je me suis lancée dans la lecture de cette nouvelle de l’auteur islandais Gunnar Gunnarsson. Un récit racontant le périple durant le mois de Décembre de Benedikt et de ses fidèles compagnons, son chien Léo et son bélier Roc. Comme chaque année, le trio inséparable affronte les tempêtes hivernales à la recherche des moutons égarés durant l’hiver…À mi-chemin entre le conte de Noël et l’allégorie biblique, l’aventure du berger et des ses compagnons nous transporte dans les durs hivers Islandais où l’homme se retrouve seul face à la nature et doit combattre les éléments pour survivre. C’est une histoire simple mais tout en poésie.

J’ai aimé les descriptions de ces tempêtes les réflexions sociales et la place centrale des animaux. Léo, « le pape », indispensable pour le pistage et Roc « le prophète », courageux et digne de confiance.

« Les gens qui marchent dans la nuit sont étrangement perdus l’un pour l’autre. Mais dans la montagne, le sentiment d’isolement prend un tour différent. Tant qu’on entend d’autres voix que la sienne, tant qu’on entend d’autres voix que la sienne,tant qu’on sent, près de soi, une respiration, le vide profond de l’univers, au ciel et sur la terre, ne vous étreint pas tout à fait de ce froid glacial, à la racine des cheveux. »

Ode à la nature, ode à l’hiver, quête de l’existence, hagiographie moderne … toutes les interprétations sont possibles concernant ce court récit.

Avec cette nouvelle, Gunnar Gunnarsson écrivain islandais majeur du XXe siècle, inspira « Le Viel Homme et le mer » d’Hemingway. De quoi éveiller notre curiosité non ?

À noter une postface très intéressante de Jón Kalman Stefànsson auteur, entre autre, d’Ásta.

Editeur: ZULMA, 14/11/19, 87 pages