LA PETIT FILLE AUX YEUX SOMBRES- MARCEL PAGNOL

26 janvier 2020 0 Par Manon

Reading Classics Challenge

J’ai donc choisis pour ce mois-ci Marcel Pagnol. J’ai dans l’idée depuis deux ans de m’acheter petit à petit la collection rééditée avec les illustrations de Sempé. Et pour le challenge je me suis donc procurée ce recueil qui contient deux nouvelles que je ne connaissais pas: La petite fille aux yeux sombres( récit principal) et Les secrets de Dieu.

La petite fille aux yeux sombres se passe au début du XXe siècle à Marseille. On suit trois amis, Louis-Irénée Peluque dit le Philosophe et gardien de zoo, Jacques Panier travaillant dans l’édition et Félix-Antoine Grasset dit le Poète. L’un deux ne croit pas en l’amour jusqu’à ce qu’il croise la jeune fille aux yeux sombres. Ne voulant pas révéler son émoi, il inventera moult théories pour expliquer son attirance. Les mois défilent sans qu’il n’ose lui parler. Ce sera finalement l’un de ses amis qui ira l’aborder pour lui mais comme dit l’adage , l’amour est un long chemin semé d’embûche…

 » […] je suis heureux de ta petite farce au sujet de cette étudiante, car elle me fournit l’occasion de te dire que je n’ai point changé ; aujourd’hui comme jadis, et plus fermement encore, je suis décidé à ne pas aimer, du moins au sens où l’entendent les romanciers et les jeunes filles ; et, la raison aidant une heureuse disposition naturelle je pense que je n’aimerais jamais. « 

Ce texte a été écrit en 1921 dans le cadre de sa revue littéraire Fortunio. L’auteur a alors 25 ans et pour palier aux « blancs » de ses collaborateurs défaillants, a créé un feuilleton où les « épisodes » sont souvent griffonnés à même le marbre de l’imprimerie. C’est donc dans ce contexte que né « La petite fille aux yeux sombres » suite du « Mariage de Peluque ».

Mon avis: Un début un peu compliqué notamment du point de vue stylistique mais une fois habituée à l’écriture je me suis laissée porter par l’histoire. Je me suis vite attachée aux personnages qui malgré leur jeune âge possèdent une grande connaissance et une certaine maturité d’esprit( sauf pour les histoires de femmes 🤣). L’auteur joue avec les styles et les références non sans humour et nous révèle « ce sentiment profond sur le mirage de l’amour, son désenchantement devant la fragilité de l’être et une inexorable fuite du temps. »Une belle découverte d’un des premiers textes de Pagnol et qui pour une nouvelle possède une fin digne de ce nom 😆.

« La petite fille était aussi pâle que moi. Elle s’avançait tête nue. Ses cheveux noirs relevés en cabochons paraissaient plus noirs, son visage adorablement ovale paraissait plus claire et plus pur encore… Elle était vêtue d’une longue robe droite en soie grise, avec une ceinture dont les deux bouts retombaient très bas. Ses bras clairs sortaient de manches courtes. »

Les secrets de Dieu peut s’apparenter à un conte. L’auteur le tient de son grand-père qui lui même le tient de la Mère des Compagnons pendant le Tour de France etc… Un récit aux multiplies intermédiaires qui n’a pu être déformé aux dires de Pagnol. Nous sommes en Bretagne quelques années avant la révolution chez Madame la Comtesse. Une de ses servantes accouche d’une petite fille difforme nommée Babette. La servante meurt en couche et la Comtesse prend sous son aile l’enfant. Les années passent, la Révolution éclate et Babette tombe à son tour enceinte…

Mon avis: Un peu plus mitigée concernant cette nouvelle qui est très courte. L’auteur traite en premier lieu de l’eugénisme citant par exemple Sparte et ses guerriers « soucieux avant tout, comme Hitler, de la pureté et de la beauté de leur race ». Ensuite nous avons, je trouve, un brin de mysticisme avec Babette qui comprend les animaux, leur parle et possède l’ouïe « des bêtes sauvages ». Pour terminer, Pagnol traite également de la relation corps et esprit.

Editeur: De Fallois, 14/06/17, 192 pages