EUGENIE- ANTOINE DE BAECQUE

6 février 2020 0 Par Manon

Rentrée Littéraire 2020

« Eugénie a 16 ans ; elle pourrait en avoir plus, en avoir moins, elle est restée la même depuis ses six ans, même taille, même traits, même corps. Elle a juste forci. Ses jambes sont courtes et larges, ses mains nouées , son ventre proéminent, son crâne volumineux, sa peau rugueuse et plissée, ses pommettes saillantes, ses yeux petits, enfoncés dans les orbites, ses narines échancrées, ses lèvres épaisses et pendantes, ses abajoues marquées. »

Paris.1835. Jean-Pierre Falret, médecin réputé de la Salpêtrière et spécialiste des aliénées décide d’envoyer en expédition dans les Alpes du Sud son fils Jules. Sa mission : récupérer des crétines des Alpes pour étudier leur pathologie. Jules ramènera trois jeunes filles : Eugénie, Marie et Laurence.Qu’est-ce que le crétinisme ? Peut-on en guérir ? Peut-on éduquer ces crétines ? Le père et le fils vont entreprendre des travaux de recherche pour tenter d’y répondre…

Le roman commence sur un événement funeste de 1849. Le ton est donné. Nous faisons un bon de 14 ans en arrière pour nous retrouver cette fameuse année de 1835. Dès lors nous suivons le quotidien d’Eugénie et de ses compagnes. Eugénie achetée 100 Francs à son père et placée à l’asile dans les « Petites Loges » de la Salpêtrière. Son existence va changer du tout au tout . Scrutée, épiée, exhibée tel un monstre de foire alors que dans les Alpes les crétins sont sacrés ,considérés comme un don du Très Haut. Ils ne sont ni abandonnés ni méprisés dans le village et sont de véritables porte-bonheurs . 

« Bien-heureux les pauvres d’esprits parce que le royaume des cieux est à eux ».

Sans doute retrouvez vous des similitudes avec le roman de Victoria Mas et son « Bal des folles ». Ici nous sommes aux prémices des événements de Charcot , à l’époque où les parisiens souffrent de crétinomanie. Et cette mode aura sa star en la personne d’Eugénie. Il faut dire que malgré toutes ses difformités internes et externes , la jeune fille est résistante et semble dotée d’une certaine compréhension. Elle développera une compétence que le bon docteur Falret exploitera sans vergogne. Parallèlement , il mènera également certaines expériences chirurgicales des plus douteuses…Au fait, vous ai-je précisé que ce récit est basé sur des faits réels ? Décidément il ne fait pas bon d’être à la Salpêtrière au XIXe siècle…

La médicale que je ne suis n’a pu qu’adhérer à l’aspect méthodologique tant historique que scientifique. Cependant, s’agissant d’un roman il m’a manqué un petit quelque chose. Peut-être aurait-il fallu approfondir la relation Jules-Eugénie, ou la psychologie de la jeune fille même si je conçois que le cas soit particulier. Il n’en demeure pas moins vrai que nous pouvons qu’apprécier le travail de recherche de l’auteur qui met en avant un fait qui m’était méconnu. De plus, j’ai eu beaucoup d’empathie pour Eugénie.

En définitive, ce roman peut vous plaire si vous aimez les récits historiques à consonance scientifique.

Merci Claudia et les éditions Stock pour l’envoi.

Belle soirée 

Editeur: STOCK, 08/01/2020,130 pages