LES CROCODILES SONT TOUJOURS LA- JULIETTE BOUTANT,THOMAS MATHIEU

7 mai 2020 0 Par Manon

Le Projet crocodiles a été créé en 2013 par Thomas Mathieu. Bien avant le mouvement MeToo, le site internet regroupait sous forme de BD les témoignages de victimes d’harcèlements de rue .

Ce tome 2 sous forme graphique et intitulé « Les crocodiles sont toujours là » nous démontrent bien que depuis toutes ces années peu de choses ont changé si ce n’est que les victimes osent peut-être d’avantage en parler. Mais les crocodiles eux n’ont guère évolué …

Quand j’ai lu ces témoignages la haine m’est tout de suite montée. Je pense que nous nous retrouvons malheureusement au moins une fois dans une des situations, toutes plus révoltantes les unes que les autres. Ne pas pouvoir se déplacer seule dans la rue sans se faire interpeller, tu ne réponds pas et on te traite de salope, connasse et j’en passe. Avoir cette peur au ventre se demandant ce qui va nous tomber dessus. Cette sensation d’être sur le qui-vive à chaque instant parce que tu es seule en centre ville, dans les transports, la nuit etc. Tout cette insécurité ne devrait pas exister et nous sommes nombreuses à la ressentir. Mais j’ai comme le sentiment qu’avec les années la situation s’est encore plus dégradée. J’ai moi-même constaté l’évolution dans ma ville et ce que je faisais à quinze ans je ne le fais même plus aujourd’hui …

Les auteurs ont découpé ce roman graphique en cinq parties : le harcèlement dans l’espace public (rue, transports en commun, école …), une thématique « police », le harcèlement en milieu professionel, la sphère intime et pour terminer les violences gynécologiques et obstétricales.
Il est question d’agressions physiques et verbales, de sexisme, de viols …( j’ai ainsi appris notamment que certains « messieurs » #jerestepoliemaisjenpassepasmoins pratiquaient le « Stealthing » qui est le fait de retirer le préservatif pendant le rapport sans l’accord de la femme …)
Victimes désemparées, non écoutées ou prises au sérieux la liste est longue … La dernière partie est d’autant plus dure car sous couvert médical, le constement est clairement en option.

Notre corps nous appartient toujours que l’on soit chez un gynécologue ou entrain d’accoucher… les langues se délient de plus en plus concernant ces violences et certains témoignages du roman font froid dans le dos …


Une lecture poignante et émouvante mais terriblement indispensable!
J’ai apprécié le graphisme avec ce jeu de contraste. Le vert des crocodiles pour ces hommes prédateurs et les noirs et blancs pour les autres personnages. L’impact des planches est d’autant plus grand. En bref, je vous le recommande !


Belle soirée ✨✨

Editeur: Casterman, 18/09/2019,186 pages