FRANGINES- ADELE BREAU

25 septembre 2020 0 Par Manon

À La Garrigue, au son des cigales, nous partageons le temps d’un été, le quotidien de la famille Carpentier. La mère, Jeanne, s’attelle aux dernières tâches domestiques, impatiente de recevoir toute sa tribu pour les vacances dans son mas provençal. Ses filles, trois personnalités bien différentes mais pourtant inséparables. Il y a Mathilde, l’aînée, une beauté au caractère bien trempé, Violette la discrète, la « jusqu’à », le trait d’union entre Mathilde et Louise, la petite dernière surnommée Milou. Voilà un an qu’elles ne sont pas toutes réunies depuis l’incident des vacances passées. Mais cet été là tout va basculer…

Voilà une lecture parfaite pour ces vacances! Si vous allez dans le Sud elle sera de circonstance! Nous sommes baignés dans cette ambiance provençale qu’il me tarde de retrouver ! Je découvre l’auteure avec ce roman mais vous la connaissais sans doute avec son précédent « l’odeur de la colle en pot ». Ne vous fiez pas à la couverture ou au pitch car ce n’est pas une lecture si légère. Tout au long du récit, les révélations et les rebondissements s’enchaînent nous révélant secrets et blessures enfouis. Par un jeu d’alternance de narrateurs et d’époques nous apprenons à connaître cette famille, leurs psychologies, leurs doutes, leurs failles, leurs fonctionnements. Comme toujours j’aime ces changements de point de vue et ces sauts dans le passé ! C’est une histoire pour moi universelle. Je n’ai que des frères et pourtant j’ai pu m’identifier dans certaines situations car plus loin que l’histoire entre sœurs c’est avant tout une histoire de famille ( et de couple!) avec toute ce que cela comporte: les non-dits, les désaccords, la pudeur, les colères, les jalousies, la complicité… Il n’y a rien de plus paradoxale qu’une famille 🤣

Tout le monde peut s’identifier aux personnages. Que l’on soit l’enfant ou la mère. Au premier abord, je ne pouvais pas encadrer Mathilde. Insupportable à souhait, une directrice en chef au sein de sa famille, tout le monde doit passer par ce que madame veut et pourtant au fur à mesure du récit mon avis est plus nuancé et nous comprenons un peu mieux son comportement. Et puis j’ai toujours dit que d’être l’ainé ça devait être compliqué!


Personnellement, je me suis surtout retrouvée dans Louise. La petite dernière, la plus proche en km des parents qui doit tout porter sur ses épaules. Concernant Violette j’ai eu beaucoup d’empathie pour elle dès le début. Et la suite des événements ne fera que le confirmer!

Il y a énormément de thèmes abordés que je ne peux pas vous dévoiler mais je ne doute pas qu’ils trouveront écho chez nombreux d’entre vous.

Lecture commune avec

Stéphanie son blog http://unesourisetdeslivres.com/?s=frangines

et

Adeline son blog https://adelineaupaysdeslivres.blogspot.com/

Merci aux Editions JC Lattès pour l’envoi https://www.instagram.com/editionsjclattes/