L’ATTRAPE-COEURS – J.D SALINGER

26 septembre 2020 0 Par Manon

LECTURE COMMUNE

Le Café du classique-  @point.a.laligne

« Tiens des fleurs pour Salinger
Locataire d’un monastère
Des fleurs pour Salinger
Oh! Oh! Oh!
Le diable des écrits déchaînés
Oh! Oh! Oh! … »


«  -Ouah- ça y est elle va pas bien la môme Manon, voilà qu’elle chante Indochine et tout mais on est pas au karaoké là, bicause c’est bookstagram quoi, on parle de livres et tout. Et en plus aujourd’hui c’est sur Salinger -ouah- l’écrivain de ce bouquin terrible L’attrape-coeurs. Ça m’a tué. La littérature c’est ma matière préférée. Et l’attrape-coeurs j’ai aimé. Il y avait quelques petites choses que j’aimais pas. Mais c’est très émouvant. Enfin voilà tout ce que je dis»


Cet Acte 2 du café du classique fut quand même moins laborieux que le précédent ( pour rappel : Dracula). L’attrape-coeurs, n’est certes pas un coup de cœur mais contre toute attente je n’ai pas, pas aimé 🙃! La dernière partie ayant fini de me convaincre. Mais par contre je ne comprends toujours pas que ce roman soit qualifié de chef d’œuvre 🙈.


Mon jugement final a-t-il été faussé par le magnifique « Oona et Salinger » de F.Beigbder ? Sans doute que oui (mon premier Beigbeder d’ailleurs mais lu par Baer ça change tout 🤣) .Pourquoi? Parce que j’ai vu l’auteur en lisant, me rappelant le contexte de son écriture et à chaque phrase, thème je ne pouvais m’empêcher de faire le parallèle avec Oona, Chaplin, la guerre… Une question a découlé de ce constat dans notre groupe de lecture: est-ce normal de devoir lire le roman d’un autre pour apprécier celui qu’on lit ? Vous avez 2h 🤣.
Cette question on l’a doit à @lady_meredith qui a conclu par « Une oeuvre devrait se suffire à elle-même. » Je suis d’accord mais que voulez-vous je n’ai pu m’enlever JD de la tête. Bien que le style ait vieilli et soit singulier – nous avons quasiment tous eu du mal avec l’oralité de la narration- et bien mon jugement ne sera pas si sévère que ça. Et plus je le laisse décanté et plus je me dis que oui j’ai aimé et que le fond aura encore une fois, pour moi, remporté sur la forme poke @moonpalaace 🤣

Alors qu’est-ce qu’il nous raconte Jerry dans son roman ? Nous faisons la connaissance d’Holden Caulfield, 17 ans qui nous explique depuis un lieu inconnu ( un hôpital psychiatrique ?) sa fugue de son école de Pencey Prep avant Noël. Nous le suivons pendant trois jours dans son errance dans les rues de New York car il n’ose pas rentrer chez lui.
.
.
Holden c’est un anti-héros. Il est sarcastique, ironique, menteur, dépressif dénigre tout mais malgré tout je m’y suis attachée. Oui il est touchant. Terriblement seul, incompris, précoce bien qu’immature par certains moments et n’arrive pas à exprimer pleinement ses sentiments. Il est aussi plein de contradictions : déteste les cinéma mais s’y rend, n’aime pas qu’on se comporte mal avec les filles mais demande à son copain qu’il lui en passe une, parle tout le temps de sexe mais n’arrive pas à franchir le cap … Un adolescent finalement dans toute sa splendeur avec une sensibilité et une perception du monde exacerbées. Refus de grandir? Autodestruction ? Perte des réalités ? Plusieurs interprétations sont possibles…
Vous vous demandez sans doute pourquoi ce titre? Tout le roman je me suis posée la question et dans les dernières pages la signification nous apparaît. Magnifique et pleine de poésie.


📌 J’ai tellement de choses à vous raconter sur ce roman mais je finirai ici. Merci de m’avoir lu jusqu’au bout vous avez tout mon respect 🤣.
Et vous , vous l’avez-lu, aimé, détesté? Vous êtes tentés 😉?📌


Belle soirée 🌟