L’AILE DES VIERGES- LAURENCE PEYRIN

15 September 2019 0 By Manon

“Nouvelle? lâcha-t-il.

-Perdue” , opina-t-elle”

Résumé:

Angleterre. 1946. Maggie 26 ans vient de perdre son mari. Pour subvenir à ses besoins, elle accepte un travail en tant que domestique au sein du manoir de la famille Lyon-Thorpe. Elle qui se voyait médecin aux États-Unis doit mettre ses aspirations de côté pour survivre dans cette société d’après-guerre. Elle sera face à de nombreux choix mais entre le cœur et la raison que choisira-t-elle?

Mon avis:


Tout d’abord merci aux votants du prix des blogueurs sans qui je n’aurai jamais découvert ce roman et par conséquent la plume de l’auteure. Que vous dire à part que j’ai A-D-O-R-É !


L’aile des vierges fait partie de ses romans qui vous transportent et que nous quittons avec tristesse. Sous ses airs de romance pour certains un peu cliché, il n’en est rien! Point de gnan-gnan comme dirait monsieur mais un récit d’une grande sensualité dans lequel l’alchimie des personnages est parfaitement retranscrite! Joutes oratoires et jeux de séduction la combinaison parfaite pour une romance. Et je peux vous l’avouer Sir John je l’ai kiffé ! Un de plus … Ma liste de personnages masculins préférés s’allonge s’allonge… C’est inquiétant!

Maggie,dis mon nom. Un écho assourdissant qui remontait à travers la jugulaire, la veine traître qui joint le coeur au cerveau, et lui brouillait l’esprit. Dis mon nom, Maggie.

“Non” gémit-elle.[…] Elle le sera plus fort entre ses cuisses, tremblant au bord de la bascule…

Maggie, regarde-moi. Dis mon nom.”



On est imprégné par cette atmosphère anglaise à la Downton Abbey (oui c’est pas la même période mais quand même )
Concernant les personnages, tant les principaux que les secondaires, j’ai trouvé qu’ils étaient bien travaillés. Des psychologies réalistes bien que je n’aurai pas forcément fait les choix de Maggie mais l’histoire n’aurait pas été aussi passionnante!
Une écriture fluide, tout en sensibilité et avec des traits d’humour fortement appréciés ( Pippa-ma-chère 🤣).


Mais plus loin que l’amour, ce sont de nombreux messages qui sont véhiculés à travers la personnalité de l’héroïne. Une femme cultivée, avant-gardiste, bravant les interdits, avide de liberté et d’indépendance. Il faut dire qu’elle descend d’une lignée de femmes de caractère, féministes du début du XX e siècle. Le rôle de femme « potiche » très peu pour elles!

“C’était donc ça,se dit Maggie,cette familiarité qu’elle avait ressentie. Les mêmes envies d’ailleurs, le besoin de se sentir vivant en attendant.Les différences sociales ne changeaient rien à la quête d’un idéal.”



Ce roman s’étale sur plusieurs années et je l’ai refermé émue et pleine de tendresse pour Maggie. Une femme qu’on aurait aimé rencontrer et un amour passionnel dont on ne peut que rêver!

En écrivant cette chronique, je n’ai eu qu’une envie le relire!!!! Merci Laurence Peyrin pour cette lecture et j’ai moi aussi partagé de nombreux Autant en emport le vent !


Alors , succomberez-vous aussi à l’aile des vierges ?

Editeur: Calmann-Levy, 28/03/18, 468 pages/ Pocket, 07/03/19,480 pages