PROTOCOLE GOUVERNANTE- GUILLAUME LAVENANT

29 December 2019 0 By Manon

Rentrée littéraire 2019

“Vous irez sonner chez eux un mercredi. Au mois de mai. Vous serez bien habillée, avec ce qu’il faut de sérieux dans votre manière d’être peignée. Vous ressentirez un léger picotement dans le bout des doigts. Il vous faudra tourner la tête et projeter votre regard sur le voisinage pour recouvrer votre calme.” 

Quel étrange livre que voilà. Je l’ai terminé il y plusieurs jours et je ne sais toujours pas ce qu’a voulu nous dire l’auteur 🤣 .

Vous allez entrer dans un univers mystérieux à l’ambiance pesante et oppressante. Aucunes indications sur le l’époque et le lieu de l’action. On suit une mystérieuse jeune femme engagée comme gouvernante pour s’occuper d’une fillette de 4 ans. Une famille aux apparences banales, une banlieue a l’apparence tranquille. Un début somme toute classique. Oui mais non. Car nous savons que quelque chose se prépare. Et il vous faut attendre toute l’exécution du protocole pour enfin la toucher du doigt. 111 points que la gouvernante va exécuter à la lettre. Un protocole extrêmement détaillé qui prévoit tout, anticipe la moindre situation. Qui est l’auteur de ce protocole ? À quoi sert-il? Une partie des réponses vous sera apportée. Une partie seulement et c’est justement ce flou qui rend le roman intéressant. .
.
Il ne plaira pas à tout le monde je le conçois. La narration est atypique. Lecteur spectateur, le rédacteur du protocole s’adressant directement à la gouvernante. On adhère ou pas et moi j’ai totalement adhéré! Cette distance crée la tension, le suspense. Nous voulons savoir quelle sera la finalité et c’est ça qui est fort c’est que la distance qu’on nous impose nous immerge encore plus.
Ne vous attendez pas à avoir tout compris en le refermant. Non vous aurez encore plus de questions… ou alors revenez me voir pour m’expliquer 😂
.
.
Je ne sais pas très bien dans quel genre le classer. À la limite de la dystopie avec une pointe de thriller et un brin de satire sociale. .
.
Un premier roman pour Guillaume Lavenant auquel il faut donner sa chance. C’est la chronique de @syboulette_ qui m’avait convaincue et je ne regrette pas de m’y être plongée. On l’apprécie d’autant plus plusieurs jours après l’avoir terminé… Je vous conseille également l’avis de @margot.mci qui a fait sa chronique dans le style narratif du roman et c’est excellent ! .
.
Alors il vous tente ? 

Editeur: Rivages- 21/08/19-189 pages